Thierry Prieur

Capture d’écran, le 2020-12-03 à 14.44

ÉTATS D'HOMMES

Du 14 au 25 avril 2021

Pour informations sur l'artiste:

thierryprieurphotographie@gmail.com

Site web de l'artiste:

www.thierryprieurphotographie.com

États d'hommes - Une exploration artistique de l'intimité masculine

En photographie comme en arts d'ailleurs, le nu masculin est beaucoup moins représenté que le nu féminin, surtout lorsqu'il montre les organes génitaux de l'homme: une image encore souvent taboue.

Que ce soit dans l'Antiquité ou à la Renaissance, le corps masculin a souvent été représenté musclé et bien découpé, une représentation qui n'a guère évolué si on se réfère à l'iconographie masculine en publicité ou dans la communauté gay. La musculature et des critères de masculinité demeurent indéniablement le sujet des images. Le but est donc de montrer l'esthétique du corps masculin sans chercher à en dévoiler le ressenti.

Cette image rappelle d'ailleurs l'éducation encore très répandue des jeunes garçons. Un garçon doit être fort. Il doit contenir ses émotions au risque d'être étiqueté fragile.

Avec mes photos, je cherche à ouvrir l'enveloppe corporelle de l'homme pour en découvrir la sensibilité et le monde intérieur qui pourraient l'habiter. Mes compositions se veulent ainsi une exploration de l'homme...être humain...être complexe.

Tout être est construit par la somme ou l'amalgame de sa personnalité, de son éducation, de son vécu, de ses aspirations et de ses accomplissements, de ses échecs et de ses blessures, des deuils et des défis qu'il a dû affronter dans sa vie et bien d'autres encore.

Tout être humain peut donc se lire à plusieurs niveaux. Et cette lecture dépend non seulement de la personne observée et de ce qu'elle dégage mais aussi de l'observateur qui imprime à son interprétation des éléments de son propre vécu.

Voilà précisément ce que la surimpression me permet d'explorer: les diverses couches qui habitent l'enveloppe corporelle. Ainsi, en y ajoutant des textures ou en explorant le flou (une sorte de surimpression de plusieurs mouvements dans un laps de temps), j'y imprime des expressions, des ambiances, un lyrisme et bien d'autres interprétations possibles.

Le corps devient alors métaphore, poésie, miroir, fenêtre, ombre, lumière, questions, humour peut-être, etc.

À chacun d'apporter son interprétation à ces états d'âmes: à ces états d'hommes.

 

* * *

 

Biographie

Passionné de photographie, je suis un artiste multidisciplinaire, photographe, enseignant, auteur et conférencier.

Pianiste de formation, j'ai commencé à explorer l'art de la photographie il y a dix ans environ. Autodidacte d'abord, je me suis ensuite perfectionné dans le cadre de cours et ateliers au Collège Marsan et avec des photographes renommés au Québec, aux État-Unis et en Afrique. Grand Voyageur, l'un de mes sujets de prédilection est la photographie animalière. L'une d'elles a d'ailleurs récemment remporté le prix de Meilleure photo de l'année à un concours international de photographie en Afrique et a été publiée dans le livre The last elephants de Don Pinnock et Colin Bell (Éditions Smithsonian Books). En 2019, j'ai été finaliste dans la catégorie Paysages au Gala des Prix Focus Desjardins et j'ai obtenu les trophées du membre Élite de l'année et de la meilleure photographie dans la catégorie Nature au club photo Association Longueuilloise des Photographes Amateurs (ALPA). En 2017, j'ai gagné le premier prix du concours Best African Elephants.

Depuis quelques années, ma démarche en photographie se concentre sur la photographie de nu artistique qui me sert ensuite de support à la réalisation de surimpressions. Le corps, selon moi, est une enveloppe qui recouvre des couches identitaires lesquelles demeurent parfois et même souvent cachées aux yeux mêmes de celui ou de celle qui les porte. En jouant avec les formes, les courbes, les ombres, les flous et en ajoutant parfois des textures par surimpression, j'interprète à ma façon ces identités et je réalise des oeuvres photographiques originales et inédites.

J'enseigne actuellement à l'école Photographie Tous Azimuts où je donne un cours sur le nu artistique en lumière ambiante et une conférence sur la photographie animalière en Afrique.

Parallèlement à mon cheminement de photographe, je suis aussi un enseignant au préscolaire. Convaincu de la contribution essentielle des arts et de la culture à l'éducation des enfants, j'ai développé une approche pédagogique qui a fait l'objet du livre Il faut cultiver notre jardin d'enfants paru aux Éditions Chenelière Éducation dans lequel j'illustre comment il est possible d'intéresser des enfants de 5 ans à des oeuvres musicales et artistiques. J'ai par la suite donné de nombreuses conférences sur ce sujet à travers le Québec.